Dick Marty: “Le monde en mutation, des valeurs bafouées”

„Eigene Werte bestätigen – andere Werte entdecken“ lautete das Thema der Jahresversammlung, die die Neue Helvetische Gesellschaft – Treffpunkt Schweiz, präsidiert von a. Ständerätin Christiane Langenberger, am 15. Juni in Bern durchführte. Das eindrückliche Referat von Ständerat Dick Marty, “Le monde en mutation, des valeurs bafouées“, empfehlen wir Ihrer Aufmerksamkeit.

Auszug:

(…) En 1993 Samuel Huntington publie son célèbre ouvrage « Le choc des civilisations ». Un livre, à mon avis, mauvais et néfaste. Il donne une image d’un Occident assiégé par des hordes hostiles et alimente ainsi, consciemment ou inconsciemment, un sentiment antimusulman, irrationnel et malsain. Les événements du 11 septembre seront promptement invoqués comme preuve évidente de la validité des théories de Huntington, ce que ce dernier, d’ailleurs, ne nie nullement.

(…) En combattant le terrorisme en renonçant à la justice et en recourant à des moyens illégaux on veut faire croire aux citoyens que les instruments de l’état de droit ne sont pas aptes à faire face à la menace terroriste et à protéger nos populations. Ce serait, en somme, le moindre mal. Dans une décision récente et qui peut être définie historique, la Cour suprême des États-Unis a enfin reconnu que les impératifs de sécurité nationale ne permettent pas de bafouer les libertés civiles des prisonniers de Guantanamo. Selon la Constitution, les détenus ont le droit de contester leur détention ; les juges ont stigmatisé le statut particulier de Guantanamo – et à plus forte raison, donc, aussi des prisons secrètes – en faisant valoir que « Les lois et la Constitution sont faites pour survivre et rester efficientes même dans des moments extraordinaires ». Déjà en 2004, Sandra Day O’Connor, juge à la Cour Suprême, avait lancé un message percutant en ce sens : « Si cette nation reste attachée aux idéaux symbolisés par son drapeau, elle ne doit pas utiliser les armes des tyrans pour résister à un assaut des forces de la tyrannie ».

Un autre message dévastateur que la guerre contre le terrorisme fait passer depuis plusieurs années a trait à l’usage de la torture. Les « restitutions extraordinaires » suggèrent que si la torture ne sied pas tellement à nos habitudes elle est en revanche parfaitement acceptable et utile si elle a lieu ailleurs. On met en discussion ainsi l’interdit absolu de la torture, pourtant consacré par des textes internationaux que nous avons souscrits et qui ont constitué une étape importante dans le progrès de notre civilisation. On fait valoir ainsi que des aveux ou des informations arrachés par la torture sont à même de sauver de nombreuses vies. C’est un argument fallacieux qui est d’ailleurs contredit par de nombreux spécialistes. La presse américaine a publié récemment un rapport confidentiel du Comité International de la Croix Rouge qui fait état de tortures et mauvais traitements systématiques à Guantanamo et dans les autres centres de détention. Tout cela a eu lieu grâce à la complicité de la plupart des démocraties occidentales, qui ont directement collaboré avec l’administration Bush, qui a toléré ou, dans la meilleure des hypothèses, a fermé les yeux.

Toutes les personnes enlevées, soustraites à la justice, torturées, humiliées, sont toutes des musulmans. C’est de cette façon qu’on a alimenté la légende du « choc des civilisations », mais c’est aussi de cette façon que l’Occident a perdu sa crédibilité et bafoué ses valeurs. On a transformé des criminels en des martyrs, on a humilié une civilisation en favorisant ainsi une radicalisation et alimenté une spirale de la violence. Le terrorisme on le combat et on peut le vaincre seulement avec la justice, une justice à tous les niveaux. Comment voulez-vous que des jeunes nés et grandis dans des camps de réfugiés, où leurs parents se trouvaient ou se trouvent encore depuis 1948, ne deviennent pas des révoltés ; que pensez-vous que deviendront les enfants qui grandissent dans l’enfer de Gaza, sinon des insurgés qu’on a privé de tout espoir. Tant que le problème de la Palestine ne sera pas résolu, on devra faire face au terrorisme. Oui, parce que l’injustice reste l’alliée la plus précieuse du terrorisme et c’est elle qu’il faut combattre en tout premier lieu. (…) »

Artikel drucken

Tags :

Lascia un commento